samedi 20 novembre 2021

La Laide Fosse, le 26 septembre

 Participants : Serge, Frédéric, John, Géry, Aurélien, Eva, Bi Yu de l’ESB et Johnny du GSCT

Nous étions tous là et ça n’arrive qu’une fois par an : tous les spéléos reconnus comme actifs de l’ESB accompagné d’un sympathisant du GSCT. Ouaaah !

Emotion … c’est tellement rare !

Dès la doline d’entrée, une odeur de charogne nous envahi. Vite sous terre !

C’est Géry qui équipe. Suivi de Bi Yu à qui il distille le pourquoi du comment.

Une corde en place facilite l’escalade du E8.

Au bout de la vire redoutée on se partage en deux groupes.

Vers le « nouveau réseau » : John, Serge et Frédéric.

Ils iront jusqu'au fond du fond constater les chantiers de désob.

Mais s’arrêteront au-dessus du P25. La corde dans le kit affiche un peu moins.

Hé les p’tits gars : faut lire le descriptif avant de venir. Il est indiqué que la fin du puits se descend à pied. Pas besoin d’une C30 !

Vers le « réseau supérieur », les autres avancent jusqu’au-dessus de la petite salle bien boueuse. Bon, on n’est pas là pour se salir. On remonte en aidant Eva dans les ressauts techniques et sportifs.

Le déséquipement est confié à Bi Yu.

C’est que notre mascotte est en plein apprentissage.

On est vache quand même : faire déséquiper cette vire XXL à notre gamin !

Bravo fifille !

Depuis l’entrée, nous sommes tous fameusement essoufflés.

John  et Géry expérimentent  leurs briquets et le constat est très clair : la flamme survit à peine à 1 cm. du gicleur. Pas assez d’oxygène.

On s’est bien fait gazé ! Et ce, jusqu’à 1M. de la sortie.

Rochefort : le dessert de chaque sortie.

C’est notre pot de l’Amitié à la Gourmandise.

Papotes dans tous les sens et photo souvenir.

 

Pour l’ESB : Géry








jeudi 11 novembre 2021

Réseau de Fresnes, le 27 juin

Participants

ESB : Géry, Aurélien, Bi Yu, Eva (nouvelle recrue), Fred et 2 invités

Cascado : Mélanie


1ère activité depuis un long confinement..

Circuit classique guidé par Géry









lundi 16 novembre 2020

Puits aux Lampes, le 6 septembre

Participants ESB : Marine, Géry, John

Participant GSESM : Claudine


Sortie de dérouillage après un long confinement et un été sans activité spéléo.

Géry équipe la descente de manière très sécurisée tandis que Claudine essaie une variante mais ne touche pas le fond par manque de cordes.

Nous partons vers la gauche et rejoignons le point bas de la cavité, un cloaque boueux d'où un mystérieux boyau s'amorce.

Ensuite quelques photos sont prises et nous remontons déjà. Géry ajuste son équipement pour éviter le frottement dans la remontée du puits. Je déséquipe.

Ensuite, nous laissons Claudine et rejoignons un parking à Rochefort près du ravel. Marine souhaite faire une sièste dans la voiture de Géry qui va me montrer son chantier et une résurgence près du Pré au Tonneau. Apparemment, un animal a creusé dans ce chantier dont le plafond se délite. Peu d'espoir de pouvoir continuer.

Sur le retour à la voiture, nous trouvons un portefeuille et nous apercevons le potentiel propriétaire 50m plus loin. C'est son jour de chance..

Nous n'irons pas boire de verre vu les conditions sanitaires encore strictes.






mercredi 8 janvier 2020

Chantoir de Béron-Ry, le 8 décembre

Participants ESB : Laure, Marine, Aurélien, Frédéric B., Serge, Géry, John

Participant Astragale : Laurent


Sortie de 7h dans ce beau réseau. Géry et John à l’équipement dans les 2 cheminements dans la diaclase.

Une broche trop bien placée m’induit en erreur et me fait descendre au bas de la diaclase pour ensuite immédiatement remonter..

Serge et Laurent abandonnent dans la T-Remy et vont déséquiper une partie des cordes.

Laure, Marine et Géry s’arrêtent une centaine de mètres au-delà de la T-Remy et après avoir pris quelques photos.

Les belles galeries à la française sont donc pour Aurélien, Frédéric et moi.

Frédéric s’arrête dans le dernier passage étroit.

Aurélien et moi allons jusqu’à la base de la corde fixe qui mène à la cascade de l'Affluent Alpin.

Sur le retour, on rattrape le trio Laure/Marine/Géry et Serge est revenu à notre rencontre.

Il y a de l’attente vu le nombre à remonter sur la corde.

Aurélien déséquipe sous ma supervision.

Il est plus de 18h à notre sortie et la pluie va se remettre à tomber.

Une belle sortie, à refaire donc pour ceux/celles qui n’ont pas tout vu.









samedi 7 décembre 2019

Trou des Charrues, le 1er décembre


Participants : Laure et Géry de l’ESB et notre invitée : Lena, membre du club spéléo de Bielsko- Biała (SBB) en Pologne.

Après avoir exploré la veille le trou des Manants en compagnie d’Avalon, c’est à mon tour de l’embarquer dans une sortie « surprise » … 
L’entrée du trou des Charrues qui donne accès à la carrière des Grands Malades est à présent munie d’une barre et d’un cadenas à code. 
J’équipe le trou, tout en découvrant de nouveaux spits et broches.


Il m’aura même manqué deux as en finale … tant pis pour le frottement …
Nous arrivons « en douceur et profondeur » (comme dirait Adamo) dans la carrière des Grands Malades.
Comme je ne lui avais rien expliqué : ce fût une surprise choc pour Lena J
Visite complète agrémentée d’un maximum de mes explications.
On déconne pas mal, nous sommes tous trois de bons acteurs sous terre … il n’y a qu’à découvrir les photos ci-dessous …
Nous dînons sur la table en pierre.
On rempli nos kits de crasses et bouteilles vides afin de participer au nettoyage de cet endroit particulier.
C’est notre B.A. du jour et c’est déjà ça que les Russes n’auront pas !
Nous croisons deux cordistes dont on ne sait ce qu’ils faisaient là, bombe de peinture, soi-disant écologique, à la ceinture …
De fait, on découvre des saloperies de peinture de ci de là …
Un brin d’erreur de parcours dans ce labyrinthe nous allonge la promenade.
Retour vers le trou des Charrues.
Rien que nos cordes en place … du coup, on espère que nos deux cordistes sont bien sorti.
Je profite de notre petite équipe pour prendre le temps d’initier Laure à son tout premier déséquipement.
En fait, je ne lui ai presque pas donné le choix J
Pas facile, mais elle y arrive vaillamment.
Sortie après … hé oui : plus de 5 heures sous terre !



























mardi 26 novembre 2019

Chawresse, le 10 novembre

Participants ESB : Marine, Géry, Serge, Aurélien, John
Participant GSCT : Johnny
Participant SpéléoLux : Jacques

Comme j'arrive avant tout le monde, je m'en vais localiser un chantoir tout proche.
Sur le retour, je reçois un appel de Géry, pensant que l'on m'attend au parking, je presse le pas .. pour rien. En fait, il y aura du retard..

C'est donc presque vers midi que nous rentrons dans la cavité. Je suis à l'équipement et j'équipe le puits Dany sans penser à la zone risquée qui précède et qui suit.. Je ferai attention la prochaine fois.

Une fois arrivé dans le collecteur (qui n'en est pas un), on va à nouveau chercher pour trouver le passage vers la salle du Gnôme.

Nous parvenons au sommet du puits Boubou que j'équipe et au bas de celui-ci, vu que j'ai le temps, je vais jeter un coup d'oeil au chantier tout au fond.

On casse la croute et Marine et Aurélien s'engage dans l'escalade de la cheminée Nationale.Je leur fais remarquer que c'est du connu. Ils sont en forme ces deux-là..

Johnny et moi remontons les premiers et pour attendre les autres, je vais vérifier le cheminement vers le réseau SCS. Je m'arrête sous la cheminée instable. Faudra un jour aller voir plus loin au moins jusqu'à l'étroiture du suppositoire..

Johnny et moi décidons de prendre le raccourci qui évite la salle du Gnôme et le collecteur mais un ruisselet est actif et s'engage dans l'étroiture. On renonce à se mouiller.

On repasse l'éboulis et rejoignons le collecteur.

Finalement, j'arrive le 1er dehors après avoir amélioré l'équipement au-dessus du puits de l'Amitié. Et l'attente sera longue avant que tout le monde soit de retour. Je dois y retourner car on n'a pas laissé de kit aux déséquipeurs..

Tout est bien qui finit bien. Il y a pas mal de passants au parking.

Vu l'heure avancée, on se dit au-revoir et pas de pot aujourd'hui.

Content d'avoir revu ce beau réseau..