lundi 18 mars 2019

Fontaine de rivire, le 25 novembre 2018

Participants
  • ESB : Laure, Etienne, Frédéric B., Frédéric H., Elise, Serge, Martin
  • GSCT : Géry
  • SCUL : Olivier, Amandine
  • C7 Casa : Jack, Jonathan ==> les guides
Quelques photos :













mercredi 6 mars 2019

Puits aux Lampes, le 11 novembre 2018

Nous n'étions que 2 aujourd'hui (Serge et moi). Nous avons profité de notre présence dans ce grand volume pour faire quelques photos.





Trou d'Haquin, le 16 septembre 2018

Sympathique sortie en compagnie de Laure, Aurélien et Géry du GSCT.

Découverte pour nous 4 de la descente depuis l'entrée des Tritons. Enchainement par la cascade des Trompettes et puis direction le réseau CRS jusqu'à la salle des Dinosaures. Sur le parking, rencontre avec le GRPS qui est là pour leur n-ième séance de topo. En bas, près de la Sentinelle, rencontre avec un groupe guidé par le Spekul (ils ont fait le classique).

Trou Bernard, le 1er juillet 2018

Très bonne sortie interclubs ESB-GSCT ..

Martin, John,Marc descendent par le Puits des Fous. Géry, Johnny par le classique.

Arrivés en bas, plusieurs d'entre-nous vont remonter le Number One (voir vidéo), ce qui permettra de revérifier l'état de la corde qui s'y trouve et son amarrage.

La dernière corde étant trop courte dans le Puits des Fous, le plus grand càd Géry devra remonter par là (en compagnie de Marc et Johnny). Et donc John et Martin remontent par le classique

Descente et remontée dans cette cavité s'entend avec équipement/déséquipement bien sûr.

Une belle sortie..




La Lesse Souterraine, le 17 juin 2018

Participants: Olivier, Benjamin, Antoine et Charlotte (RCAE); Géry (GSCT); Martin, John, Serge et Frédéric (ESB); Geoffroy et Olivier (SCUCL)
Superbe sortie avec navigation unique sur la Lesse..
Voir l'article du RCA qui résume tout :
Une vidéo en plus :
Merci à Olivier et Goeffroy pour le guidage et l'obtention des autorisations et Frédéric pour l'organisation !

Expédition en Thaïlande du Shepton Mallet Caving Club, du 12 au 21 février 2018

Cette année, ayant moins de temps pour organiser et coordonner une expé, je me suis joint à une expé organisée par le Shepton Mallet Caving Club (UK) qui, après les beaux résultats obtenus dans la province de Nan, avec notamment l'exploration de la cavité la plus profonde du pays (-476m), a ciblé le secteur ouest du Thung Salaeng Luang Park dans la province de Phitsanulok.

Ce secteur a la particularité de présenter une bordure calcaire qui s'enfonce sous une couche de grès. La roche est donc mixte à un certain point dans les cavités.

Ce secteur a commencé à être exploré il y a environ 20 ans par Dean Smart et des rangers du parc, et ensuite essentiellement par le OCC (Orpheus Caving Club, UK) et le SMCC.

Le secteur est donc déjà parsemé de nombreuses cavités connues et topographiées :

Il est prévu de loger confortablement à l'hôtel The Nest de Phitchit à une heure de route des massifs.
Je fais mon arrivée le 14 février en fin d'après-midi et fait la connaissance du groupe d'une quinzaine de spéléos.

Le lendemain, je me joins au groupe constitué de Emma et Mike, Estelle et James, Michaël et Warin qui va rayonner dans la zone nord.

La 1ère cavité rencontrée s’appelle Tham Nam Sai. L’entrée n’est pas loin de la route. Michaël et moi s’y engouffrons mais butons assez vite sur une zone siphonnante. Un tuyau parcourt la cavité. Fin de la visite. On constate qu’il y a une autre entrée sur la droite mais nous n’y avons pas accès car les moines sont affairés à cimenter.

On reprend les voitures et nous passons par le temple Wat Tham Wang Na où 2 résidentes acceptent de nous guider en voiture vers Tham Nam Tok déjà inventorié. Cette cavité est en principe un trop-plein de la cavité Tham Kang Khao toute proche. Le propriétaire des lieux qui n’a pas l’air très sobre arrive et nous dit qu’il s’est perdu plusieurs jours dans la cavité. Nous suivons à nouveau un tuyau dans la cavité qui se termine trop vite à nouveau sur un siphon. Le propriétaire nous affirme qu’il y a une échelle quelque part mais nous ne trouvons rien. Sur le retour, je repère un passage remontant et me retrouve 15m au-dessus de l’entrée principale mais il n’y a aucune nouvelle continuation intéressante.



Nous changeons de lieu et allons voir l’entrée de Tham Phra Sai Ngam mais personne ne semble motivé à poursuivre (on verra plus tard que dans mon cas cela aurait été intéressant de la ré-explorer..).
On revient donc au temple d’où nous étions partis et les résidentes nous demandent d’explorer une des cavités pour vérifier s’il y a de l’eau. Arrivés dans le fond de la galerie principale, on équipe un méandre qui descend et un trou très étroit au fond semble donne effectivement accès à une réserve d’eau. On essaie alors, sans succès, de dégager celui-ci avec des bambous. On laisse généreusement 2 plaquettes en place pour les suivants qui viendraient installer des tuyaux .. On explique tout cela aux résidentes qui nous demandent de nous attabler sous l’auvent du temple. Elle nous apporte de très bonnes choses à manger (fruits, riz), nous les remercions, leur donnons une somme d’argent et nous retournons à l’hôtel de Phitchit où tout le monde se rassemble le soir pour le diner.


Le lendemain, je joins un autre groupe constitué de Paul et Claire, Andy, Michaël, Martin et Phil. On se dirige vers le centre de l’arc calcaire qui borde le parc national dans la zone de la cavité Tham Khlong Khun Huai Tum Lek. On va se répartir pour investiguer la bordure calcaire. On retrouve la résurgence supposée de la cavité citée plus haut mais elle est à sec. Une 3ième cavité est supposée se trouver dans les parages mais nous ne trouvons rien. Nous allons alors à l’entrée de Tham .. Tum Lek. Michaël et moi sommes motivés à en refaire l’exploration. Ce sera de courte durée puisque nous sommes bloqués par la 1ère zone qui siphonne de manière saisonnière (celle-ci suit un puits de lumière de toute beauté).
Michaël et moi partons alors dans les roches très érodées du massif à la recherche de Tham Khlong Khun Huai Tum Yai dont l’entrée est supposée se trouver au-dessus d’une cascade mais ce sera sans succès (tout est très très sec). On rejoint les autres qui nous attendent aux voitures. 
On se déplace alors un peu plus au sud vers une zone où se trouvent de multiples résurgences. On s’arrête à proximité d’un ruisseau qui dévale de petites cascades. On grimpe celles-ci en un quart de tour pour se retrouver devant la résurgence. Andy et Michaël vont sonder celle-ci (voir vidéo) mais très vite cela siphonne et semble plongeable. 
On se sépare en deux groupes pour investiguer les alentours. Nous allons identifier plusieurs autres points de résurgence mais rien n’est vraiment pénétrable..
On reprend les voitures et apercevons une belle entrée en hauteur. On gare les voitures à l’ombre et l’ensemble du groupe part investiguer cet affleurement mais sans moi car j’ai vraiment trop chaud (il fait plus de 35 degrés). Le groupe revient. Il n’a pas pu atteindre cette entrée mais par contre a trouvé une faille en bas de paroi qui mène à un siphon.

Ceci terminera les investigations de la journée. Nous retournons à l’hôtel et apprenons que des représentants d’une école d’aviation sont passés à l’hôtel et ont pu discuter avec quelques membres de l’expé. Comprenant notre intérêt pour le karst, ils ont proposé d’en emmener quelques-uns pour un vol au-dessus de la bordure calcaire du parc national. Ce sera pour le 19 février.
En soirée, Michaël me parle de Tham Phra Wang Daeng, la plus longue cavité et rivière souterraine de Thaïlande, déjà visitée par le groupe quelques jours auparavant et me demande si je suis intéressé par faire un bivouac afin d’explorer le fond de celle-ci. Je lui réponds qu’avant d’envisager cela, je voudrais faire une 1ère visite afin de voir le niveau de difficulté. Une visite de la cavité est alors programmée pour le lendemain.
Nous sommes le 17 février. Claire, Paul, Michaël et moi partons pour Tham Phra Wang Daeng.  On arrive vers 11h au temple qui lui donne accès et il y a une marche d’approche d’environ 30 minutes pour atteindre le porche d’entrée.

On parvient très vite à la rivière souterraine. Nous passons d’abord une zone à blocs très érodés. On distingue un niveau supérieur qui surplombe la rivière.
Ensuite, on va atteindre le collecteur. La suite sera un enchainement de marche les pieds dans l’eau, de nage dans des petits lacs, de quelques crapahutages sur éboulis. C’est superbe. Il y a des poissons dépigmentés dans quelques lacs que nous traversons. 
En chemin, nous rencontrons un « Cave Racer Snake » qui grimpe sur une paroi parfaitement verticale. On trouve également un cadavre de centipède (scutigère cavernicole), une bestiole de 15cm de long, que nous inspectons plus en détails. Michaël observe bien la roche et les plafonds lui semblent gréseux. 

Nous allons jusqu’au tiers de la cavité. 
Dans un virage, nous nous arrêtons pour trouver des affluents. Je repère assez vite un boyau au-dessus de la rivière, je m’y engouffre. Après 15m, il y a une cheminée et puis le boyau reprend et devient boueux et je m’arrête dans l’eau. Michaël me rejoint et tente de passer la zone aquatique mais cela siphonne. Une escalade est peut-être possible au-dessus d’une coulée. On en reste là. Michaël grimpe la cheminée qui en fait revient dans le passage principal. 
Nous poursuivons. Le niveau d’eau dans la cavité diminue ce qui fait j’avance plus vite. Les autres restent en retrait et me font comprendre qu’il faut penser au retour..
Merci à eux car on oublie assez vite tout le chemin parcouru à refaire dans l’autre sens. On sort vers 18h et retournons à l’hôtel.
Durant le diner, les discussions vont bon train pour décider de l’activité du lendemain. J’opte pour la visite de Tham Pha Kaio qui ne se trouve pas très loin de Tham Phra Wang Daeng et qui comme elle se développe sous une couche de grès. Phil Collet qui s’est blessé à l’avant bras a un teint jaune inquiétant, je lui conseille d’aller à l’hôpital.
Le lendemain, Keith, John, Cal, Michaël et moi remplissons une voiture pour Tham Pha Kaio.
Il nous faut 1h30 de route pour rejoindre les affleurements. Je repère un thalweg qui me mène très vite à une entrée. Je passe devant Cal, j’entre seul et ressort quelques mètres plus loin par une entrée en hauteur. 
Les autres mettent pas mal de temps à me rejoindre, j’ai donc le temps de voir les deux galeries parallèles qui débutent le cheminement. Je reviens vers l’entrée et on se sépare dans les deux galeries parallèles. Keith et John sont avec moi et nous avons perdu Cal et Michaël, nous allons jusqu’à une étroiture aquatique et nous rebroussons chemin vers l’entrée. Aucune trace des autres. On attend 1h et on se fait tous les scenarios possibles. Cal et Michaël sont là. Ils ont passé l’étroiture aquatique qui mène quelques dizaines de mètres plus loin à un siphon et Michaël a grimpé un éboulis qui l’a mené à l’extérieur. On en reste là et rentrons sur fond de musique new wave – rock.  A l’hôtel, j’inspecte la topo existante et constate que seules l’entrée basse et la sortie par l’éboulis sont du neuf. Ce soir, je mangerai avec Martin Ellis car les autres sont partis diner en ville.  
Les autres reviennent et durant les discussions, Cal me propose, pour le lendemain, d’aller dans Tham Nam Long Lu pour terminer l'exploration et déséquiper la cavité. Et je propose de continuer par l'investigation de lits de rivière plus au sud si nous avons le temps.
Nous sommes le 19 février et c’est mon dernier jour de participation à cette expé. Je suis Keith, Cal, John et Sean aujourd'hui.
Arrivés devant l'entrée de Tham Duan, un responsable du parc nous fait comprendre que nous ne pouvons pas accéder à Tham Nam Long Lu sans permission. 
Nous ne discutons pas longtemps et repartons plus au sud. Nous nous arrêtons à proximité d'un premier lit de rivière. Nous le remontons et apercevons du tuf, ce qui nous motive à continuer mais après 1h mais aucune résurgence n'apparait. Nous abandonnons et nous dirigeons vers un autre site. Il fait vraiment très chaud (plus de 35 degrés) et ce n'est pas facile de prospecter dans ces conditions. 
Le 2ième site ne donnera rien et le suivant non plus. Le dernier site à l'extrémité sud des calcaires nous fait découvrir un bureau du parc un peu perdu au milieu de nul part. Les affleurements semblent être du grès. Nous n'investiguons pas davantage et retournons à l'hôtel.
Michaël et Paul ont fait le vol audessus du karst aujourd'hui et en reviennent enchantés..

Ce sera ma dernière soirée en compagnie des membres très sympathiques du SMCC.
J'apprendrai par après que les 2 jours suivants, le SMCC fera de belles découvertes dans Tham Phra Sai Ngam que j'avais renoncé à explorer quelques jours auparavant.

Ils feront  égalementune incursion dans Tham Nam Dan et rencontreront un niveau d'eau trop élevé.

Enfin, la semaine qui suit, un groupe plus restreint ira explorer Tham Luang jusqu'au fond. A ce moment-là personne ne se doute que 12 enfants et leur coach seront piégés dans cette cavité. C'est une toute autre histoire qui a fait grand bruit..

En conclusion : je garde un très bon souvenir de ma participation à cette expé et suit enchanté d'avoir pu découvrir le karst de cette région. Merci au SMCC de m'avoir invité.







mardi 11 septembre 2018

Trou de la Chaise, le 10 décembre 2017


Participants : Serge, Fred et moi

L'approche de l'entrée s'est faite sous la neige.

La visite de la Rivière 1 jusqu'au fond fut une 1ère pour Serge et Fred.

Cette visite se fait alors que sur les hauteurs, les eaux polluées du Chantoir d'Evrehailles ont été détournées suite à nos travaux. De visu et à l'odeur, il apparait clairement que cela a un effet bénéfique.

Malheureusement, sur le retour, un peu de casse est à signaler suite à la fatigue..Nécessitera de réparer la prochaine fois.

A noter également le perçage d'un bloc dans la trémie 2 en vue d'agrandir la prochaine fois.