mercredi 8 janvier 2020

Chantoir de Béron-Ry, le 8 décembre

Participants ESB : Laure, Marine, Aurélien, Frédéric B., Serge, Géry, John

Participant Astragale : Laurent


Sortie de 7h dans ce beau réseau. Géry et John à l’équipement dans les 2 cheminements dans la diaclase.

Une broche trop bien placée m’induit en erreur et me fait descendre au bas de la diaclase pour ensuite immédiatement remonter..

Serge et Laurent abandonnent dans la T-Remy et vont déséquiper une partie des cordes.

Laure, Marine et Géry s’arrêtent une centaine de mètres au-delà de la T-Remy et après avoir pris quelques photos.

Les belles galeries à la française sont donc pour Aurélien, Frédéric et moi.

Frédéric s’arrête dans le dernier passage étroit.

Aurélien et moi allons jusqu’à la base de la corde fixe qui mène à la cascade de l'Affluent Alpin.

Sur le retour, on rattrape le trio Laure/Marine/Géry et Serge est revenu à notre rencontre.

Il y a de l’attente vu le nombre à remonter sur la corde.

Aurélien déséquipe sous ma supervision.

Il est plus de 18h à notre sortie et la pluie va se remettre à tomber.

Une belle sortie, à refaire donc pour ceux/celles qui n’ont pas tout vu.









samedi 7 décembre 2019

Trou des Charrues, le 1er décembre


Participants : Laure et Géry de l’ESB et notre invitée : Lena, membre du club spéléo de Bielsko- Biała (SBB) en Pologne.

Après avoir exploré la veille le trou des Manants en compagnie d’Avalon, c’est à mon tour de l’embarquer dans une sortie « surprise » … 
L’entrée du trou des Charrues qui donne accès à la carrière des Grands Malades est à présent munie d’une barre et d’un cadenas à code. 
J’équipe le trou, tout en découvrant de nouveaux spits et broches.


Il m’aura même manqué deux as en finale … tant pis pour le frottement …
Nous arrivons « en douceur et profondeur » (comme dirait Adamo) dans la carrière des Grands Malades.
Comme je ne lui avais rien expliqué : ce fût une surprise choc pour Lena J
Visite complète agrémentée d’un maximum de mes explications.
On déconne pas mal, nous sommes tous trois de bons acteurs sous terre … il n’y a qu’à découvrir les photos ci-dessous …
Nous dînons sur la table en pierre.
On rempli nos kits de crasses et bouteilles vides afin de participer au nettoyage de cet endroit particulier.
C’est notre B.A. du jour et c’est déjà ça que les Russes n’auront pas !
Nous croisons deux cordistes dont on ne sait ce qu’ils faisaient là, bombe de peinture, soi-disant écologique, à la ceinture …
De fait, on découvre des saloperies de peinture de ci de là …
Un brin d’erreur de parcours dans ce labyrinthe nous allonge la promenade.
Retour vers le trou des Charrues.
Rien que nos cordes en place … du coup, on espère que nos deux cordistes sont bien sorti.
Je profite de notre petite équipe pour prendre le temps d’initier Laure à son tout premier déséquipement.
En fait, je ne lui ai presque pas donné le choix J
Pas facile, mais elle y arrive vaillamment.
Sortie après … hé oui : plus de 5 heures sous terre !



























mardi 26 novembre 2019

Chawresse, le 10 novembre

Participants ESB : Marine, Géry, Serge, Aurélien, John
Participant GSCT : Johnny
Participant SpéléoLux : Jacques

Comme j'arrive avant tout le monde, je m'en vais localiser un chantoir tout proche.
Sur le retour, je reçois un appel de Géry, pensant que l'on m'attend au parking, je presse le pas .. pour rien. En fait, il y aura du retard..

C'est donc presque vers midi que nous rentrons dans la cavité. Je suis à l'équipement et j'équipe le puits Dany sans penser à la zone risquée qui précède et qui suit.. Je ferai attention la prochaine fois.

Une fois arrivé dans le collecteur (qui n'en est pas un), on va à nouveau chercher pour trouver le passage vers la salle du Gnôme.

Nous parvenons au sommet du puits Boubou que j'équipe et au bas de celui-ci, vu que j'ai le temps, je vais jeter un coup d'oeil au chantier tout au fond.

On casse la croute et Marine et Aurélien s'engage dans l'escalade de la cheminée Nationale.Je leur fais remarquer que c'est du connu. Ils sont en forme ces deux-là..

Johnny et moi remontons les premiers et pour attendre les autres, je vais vérifier le cheminement vers le réseau SCS. Je m'arrête sous la cheminée instable. Faudra un jour aller voir plus loin au moins jusqu'à l'étroiture du suppositoire..

Johnny et moi décidons de prendre le raccourci qui évite la salle du Gnôme et le collecteur mais un ruisselet est actif et s'engage dans l'étroiture. On renonce à se mouiller.

On repasse l'éboulis et rejoignons le collecteur.

Finalement, j'arrive le 1er dehors après avoir amélioré l'équipement au-dessus du puits de l'Amitié. Et l'attente sera longue avant que tout le monde soit de retour. Je dois y retourner car on n'a pas laissé de kit aux déséquipeurs..

Tout est bien qui finit bien. Il y a pas mal de passants au parking.

Vu l'heure avancée, on se dit au-revoir et pas de pot aujourd'hui.

Content d'avoir revu ce beau réseau..





Trou du Chien, le 27 octobre

Participants : Marine, Serge, Géry, Frédéric B, John

Sortie sympathique..

Serge et Fred à l'équipement à gauche, John, Marine et Géry à droite.

En bas, on s'enfile dans la galerie en hauteur pour aller voir la salle Martine. Mais il n'y a que Marine et moi qui passons et Marine ne parvient pas à l'étroiture en S que j'ai passé. Je pense surplomber la salle Martine mais en fait elle est à droite et il faut s'engager dans une diaclase assez étroite et je renonce.

On déséquipe en inversant les équipes.

Comme la sortie est assez courte, on va ensuite faire un tour dans le canyon tout proche contenant une perte et au bas de celui-ci, nous tombons sur une vilaine décharge. Lamentable pollution!

Pour terminer l'activité, nous allons boire un pot en face du refuge de Freyr.


dimanche 13 octobre 2019

Expedition Internationale en Thaïlande, du 21 janvier au 6 février 2019



Participants

Kamil Polański (Pologne, Spéléo Club Bielsko-Biala), Wacław Michalski (Pologne, Spéléo Club Bielsko-Biala), Paul Callister (Royaume-Uni, Shepton Mallet Caving Club), Jean-Marie Briffon (France, Gruissan Prospection Spéléo), Didier Havelange (Belgique, les Sans Ciels), Nicolas Terryn (Belgique, les Sans Ciels), John Gosset (Belgique, Equipe Spéléo de Bruxelles, organisateur et responsable de l'expé).
Résumé
L'expédition a commencé par l’investigation de plusieurs cheminées restées inexplorées dans les cent premiers mètres de Tham Nam. Cela n'a donné aucune nouvelle piste, cependant une nouvelle liaison entre Tham Nam et Tham Ngam a été trouvée.
Le 24 janvier, Tham Luek Kluai a été équipée. Plusieurs cheminées ont été explorées à l'extrémité aval du système et, pour la première fois, de l'eau s'écoulant au fond de la série des puits de Tham Luek Kluai, a été observée, ainsi qu'un siphon situé à environ 100 mètres en amont. 
Le même jour, la 2e équipe a entamé la prospection de surface au sud du système et a réexaminé le puits gazé appelé Tham Bee et a redécouvert Tham Malou, déjà découvert en 2017, et a commencé à la topographier.
Les deux jours suivants ont été consacrés à l’équipement, l’exploration et la topographie de Tham Submarine. Cette nouvelle entrée supérieure consiste en une chambre fossile joliment décorée comprenant des parois d’hélictites et de cristaux de calcite et en une faille descendant vers deux cheminements reliant le système Tham Lom - Tham Nam.
Les deux jours suivants, une première équipe a complété la topographie de Tham Malou et a poursuivi la prospection en surface au sud du système. Tham Muse a été découverte et topographiée et Tham Fresh ainsi que Tham Ara ont été réexplorées.

La deuxième équipe, quant à elle, a établi une nouvelle connexion entre Tham Birthday et Tham Luek Kluai par l’équipement d’une série de puits très boueux et a atteint l’autre côté du siphon. Mais sa trop longue extension a empêché l’exploration d’une cheminée prometteuse.

Une prospection de surface a également été effectuée par cette équipe autour des entrées de Tham Submarine et de Tham Luek Kluai, ce qui a conduit à la découverte de Tham Skull et à l’exploration avortée d’une perte (Tham Poubelle) jonchée de détritus.
Le 29 janvier, après une demi-journée de repos, l’expé a repris et la connexion a été établie entre Tham Lom et Tham Lom 2 par une désobstruction côté Tham Lom 2, initiée déjà en 2017. C'était l'un des objectifs principaux de l'expédition.
Le lendemain, une première équipe a réalisé une traversée entre l'entrée de Tham Submarine et celle de Tham Luek Kluai en réexaminant la plupart des points d’interrogations qui les séparaient. Un nouveau niveau supérieur, juste en dessous de Tham Skull, a été topographiée et une nouvelle cheminée proche de la série de puits de Tham Luek Kluai a été grimpée sans suite, avant de déséquiper la série de puits.
L’autre équipe a déséquipé Tham Submarine, topographié Tham Skull et a effectué des prospections de surface complémentaires autour de Tham Poubelle.
Le 31 janvier, une connexion entre Tham Lom 2 et Tham Lom 3 a pu être faite. Cela a été réalisé par plusieurs désobstructions épiques dans un éboulis. Cela a terminé de relier les sections découvertes en 2017 au système Tham Lom - Tham Nam.
Le lendemain, une première équipe a poussé plus loin l'exploration de Tham Lom 3, mais a été bloquée par un éboulis et par la présence d’une couche de sable inattendue au niveau de la rivière souterraine. L’autre équipe a effectué une prospection de surface entre l’entrée principale de Tham Lom et l’entrée supérieure de Tham Lom. Cela n'a donné aucun résultat.
Le 2 février était un jour de repos et le camp de base a été déplacé plus à l’est. Niko a quitté l'expédition ce jour-là.
Le lendemain, Tham Lom 3 a été déséquipée par une première équipe. L'autre équipe a effectué une dernière prospection de surface au sud du système, près de la rivière Ping. Cela n'a donné aucun résultat.
Les 3 et 4 février, l'exploration de la grotte - résurgence de Khun Nam Ru a été réalisée ainsi qu'une prospection de surface sur le plateau karstique au-dessus de celle-ci. 
Cela a conduit à la découverte de plusieurs pertes bouchées ou sans suite. Deux d’entre elles ont nécessité l’emploi d’une corde jusqu’à -10m et -17m. Une heure de désobstruction a été nécessaire dans cette dernière pour ouvrir un interstrate. Malheureusement, le fort courant d’air qui aurait fait de cette perte une piste prometteuse semblait provenir d'un tube horizontal étroit situé à -7 m.
Conclusion
A nouveau une belle édition cette année, dans une ambiance très sympathique !
La plupart des objectifs visant le système Tham Lom - Tham Nam ont été atteints. Cependant, les nombreuses prospections de surface n’ont pas permis de trouver un nouvel accès à la suite avale du système.
La nouvelle longueur topographiée du système Tham Lom – Tham Nam est de 12260 m (contre 9277 m auparavant), tandis que la longueur estimée est de 12600 m. Le système a maintenant 9 entrées.
Grâce à ces résultats, Tham Lom - Tham Nam se range à la 3ième place des cavités les plus longues de Thaïlande.  Beau résultat après pas mal d'effort depuis 2015.
La prospection de surface sur le plateau karstique au-dessus de la grotte - résurgence de Khun Nam Ru, vient de commencer et doit être poursuivie lors d'une prochaine expédition.
Merci à l’ensemble des spéléos qui  ont participé à ce projet ainsi qu'à la FSE et la ComExplo pour le soutien financier.