dimanche 20 novembre 2022

Camp Toussaint dans le Doubs, du 28 octobre au 2 novembre

Ce camp a été organisé par le Redan et quelques membres ESB s'y sont joints, pour un total de 22 participants.

C'est le gîte très spéléo de Montrond-le-Chateau qui a été choisi comme base de ce camp.

Le trajet Belgique Montrond a été effectuée l'après-midi pour Sophie, Pierre et leurs 2 enfants et pour  Géry et John.

Les sorties auxquelles les membres ESB ont participé :

29/10 Baume des Crêtes : Mia, Piet, Alister, Estéban, Géry, John

Equipement : Mia (supervisée par Piet)

Cheminement jusqu'à la Galerie des Chinois, arrêt sur passage bas laissant 30cm d'air.

Très belle sortie en ce qui me concerne qui découvrait cette classique de classique. On aurait aimé aller jusqu'au collecteur du Verneau.

Déséquipement : Allister, John (dernier puits et vire)

29/10 Les cavottesSophie, Pierre et leurs 2 enfants (Félix moins de 5 ans quand-même et Loïc l'ainé a descendu quelques cordes!) accompagnés de Camille et sa soeur, Thomas et Hughes. Ensuite, le gouffre des Ordons sans Sophie et les enfants et sans Hughes.

30/10 Cyclope2 : Sophie, Camille, Thomas, Onicim, Géry, John


Equipement : Géry, John, Camille, Onicim

Cheminement jusqu'au bas du P16. Suite très étroite et peu intéressante.

A la remontée, Sophie qui déséquipait pour la 1ère fois a coincé son kit dans une écaille et s'est totalement bloquée. Grâce au mou de la corde suivante raboutée, Géry a pu redescendre à sa hauteur et la délivrer. J'ai eu le même souci plus haut mais me suis délivré seul..

Sortie technique (que des puits) dans laquelle la gestion de l'attente n'était pas évidente.

Déséquipement : John, Sophie, Géry

31/10 Essarlottes : Mia, Piet, Gauthier, Géry, John

Equipement : Mia (supervisée par Piet)

Au bas des puits, cheminement d'abord vers l'aval croyant qu'il s'agissait de l'amont et arrêt sur passage siphonnant sous la salle Victor. Ensuite, visite de l'amont et sa rivière. 

A noter, quelques niphargus aperçus dans la galerie Jackpot.

Envie de revenir dans ce réseau car il y encore beaucoup à voir (mais avec un groupe plus restreint et peut-être un équipement par la Voie au vaches)

Déséquipement (assez pénible vers la fin) : John, Gauthier

1/11 Gros Gadeau : Kim, Piet, Onicim, Gauthier, John (matin). Géry, Robert, Sophie, Esteban, Alister, Thomas, Sébastian, Camille (après-midi).

Equipement en principe hors crue pour Onicim et Piet. Erroné pour l'équipement de la 1ère cascade ce qui a valu une belle douche à Onicim. Equipement refait dans la doline à côté. Il a ensuite équipé jusqu'au dernier puits.. Chapeau à lui qui fait de la spéléo depuis plusieurs mois seulement !

Cheminement jusqu'au R3 de la galerie fossile pour Piet et Kim et arrêt au bas des puits pour les autres. Etant donné le débit assez important, impossible de ne pas se faire rincer, à la remontée. L'équipement a bien été nettoyé en fin de camp..

Déséquipement : Piet (les 2 dernières cordes) et le reste par l’autre équipe qui venait l'après-midi

1/11 Le gouffre des Ordons : Sophie, Pierre et leurs 2 enfants accompagnés de Hugues et Robert

+ Pierre et son fils Loïc ont été faire un rappel en fin d'après-midi sur un pont arqué de la région

Un très bon camp à l'ambiance excellente. Et une météo inespérée..


vendredi 11 novembre 2022

Trou de la Chaise, le 16 octobre

Participants : Sophie, Pierre, John

Nous sommes entrés dans le Trou à 11h. 

C’était la 2ième visite en 2 semaines puisque la précédente s’était arrêtée à la 1ère trémie suite à blocage de Géry devant étroiture.

Aujourd’hui le niveau de l’eau est plus bas et l’eau est d’une grande limpidité car il ne pleut pas et nous atteignons assez vite la trémie 1.

Et c’est après le P15 que le concrétionnement va commencer avec notamment la zone du Phare.

Pierre va caler dans l’étroiture de la trémie 2 et devra retirer son baudrier.

Ensuite les plus beaux passages défilent. Sophie et Pierre apprécient fortement. Et nous mangeons à proximité du 1er pli en chaise.

On va jeter un coup d’œil à la 2ième rivière mais le siphon « merde » nous rebute et nous rebroussons.

Arrivés au fond de la cavité (donc au bout de la 1ère rivière), j’emmène Sophie et Pierre tout en bas et tout en haut du banc sur banc (et là je vais encore une fois grimper dans la petite «  chapelle » sur le côté). Toujours impressionnant de voir ces parois si verticales !

Mais je suis aussi venu pour faire un peu de topo et de désob de ce passage remontant sur la droite avant d’arriver au fond.

Je commence la topo pendant que Sophie et Pierre se vident la vessie.

Pierre a beaucoup de mal à me rejoindre dans le 1er boyau.

Je continue seul jusqu’à arriver dans la 1ère salle inclinée et il y a là sous des strates décollées, un boyau pénétrable que je vais un peu dégager, je parviens à avancer et ca continue mais il n’y a aucun courant d’air.

Je laisse tomber la désob et la topo et je continue à monter, il y a ici un bel écho. Et un beau bloc menaçant de tomber qu’il faut contourner, je ne vais pas jusqu’en haut car les autres m’attendent et se refroidissent.

On est bien rester 1h30 dans le fond.

Le retour prendra moins de 2 heures mais nous sortons quand-même vers 18h30.

C’est trop tard pour rejoindre les autres au café..

Une autre information importante : le but de la visite était également de vérifier si les crues de juillet 2021 avaient pu faire des dégâts dans certains passages. Ce n’est pas le cas, tout était intact et aucune trace de crue n’a pu être observé nulle part excepté dans les premiers 50 mètres, où il semble que l’eau soit montée d’1,5 à 2m mais rien de grave.

Enfin, encore à signaler que Sophie et Pierre ont une certaine chance dans la malchance. La dernière fois, Sophie a touché un mince bout de strate de 60cm qui s’est retrouvé au pied de Pierre depuis le haut du 1er puits près de l’entrée. Et cette fois-ci, c’est un gros bloc que Pierre contournait par le dessus qui a glissé pendant que Sophie s’apprêtait à le grimper par le dessous. Plus de peur que de mal mais comme quoi cela peut arriver..

Pas de photos à partager car mon appareil s’est embué (de l’intérieur)

Une belle sortie et bravo à Sophie et Pierre d'avoir tenu le coup..

John

Réseau de Frênes, le 16 octobre

 Participants : Petra, Martin S., Laurent et Géry

Petite sortie d’initiation ce dimanche en compagnie de deux sportifs intéressés par la spéléo : Petra et Martin.

Covoiturage à la sortie 9 pour Petra, Laurent et Géry. Tous présents avant l’heure de rendez-vous.

Nous allons d’abord chercher la clé à Yvoir chez Lucienne.

Nous arrivons pile à 10h00 au rendez-vous à la rue du Belvédère.

Martin est déjà sur place. Il est venu en train d’Etterbeek jusqu’à Lustin puis 20 minutes de marche.

Étonnant de savoir qu’il ne s’est levé qu’à 7h30 comme moi. Comme quoi, c’est possible !

Au dessus de l’entrée, j’amarre la corde à un arbre pour une leçon sur le descendeur.

Les candidats comprennent très vite le truc, y compris la clé de blocage.

Chouette ! On peut y aller.

Je double comme d’habitude la corde du puits d’entrée.

En tête de puits, mon bloqueur, censé être bien accroché à mon baudrier, tombe au fond …

Bravo Géry !

La corde est un chouia trop courte, décidément, ça commence fort …

S’ensuit le parcours assez classique pour un agréable initiation. 

De la salle des Radicelles, nous empruntons la galerie noire jusqu’à la salle de la Cigogne.

Toboggan, l’entonnoir, salle des blocs et le pas de la mort où nous passons tous sans stress.

La petite escalade à la Cascade. Nous montons à la galerie supérieure et passons sur les vires aériennes au dessus de la rivière.

Ça n’a pas changé : le départ de corde est sur un seul amarrage, houps !

Arrivé à la galerie SSN, nous bifurquons sur la salle des Français.


Passage du « Rat courci » pour arriver au sommet de la salle de la Cigogne. Séance selfies avec le GSM de Petra.

Retour en surface après un bon 3 heures de TPST (Temps Passé Sous Terre).

Zéro souci pour ces peut-être nouvelles recrues.

Bienvenu au club en tout cas !

Pot de l’Amitié à la fête au Palais. SMS de réconfort à Frédéric et John.

Nous ne nous attendons pas vraiment à avoir des nouvelles aussi tôt de l’équipe B partie au trou de la Chaise.

Ils sortiront d’ailleurs de cavité bien après nous, vers 18h30 …

Pour l’équipe A : Géry

Trou de la Chaise, le 2 octobre

 Participants : Sophie, John, Pierre et Géry

Cette possibilité d’aller vérifier les éventuelles conséquences des inondations de juillet 2021  … depuis le temps que nous l’attendions !!!

Il fallait « juste » réunir quelques forces vives à une date adéquate.

Il pleuvine, nous décidons d’enfiler nos néoprènes sur le parking entre la chaussée et la Meuse.

Grosse surprise : cette dernière est « en chômage ».

Contrairement au passé, le chemin d’accès pour le trou est bien tracé, pas de ronces pour nous emmerder …

La résurgence a un débit des plus raisonnable.

Devant le trou, John nous raconte l’historique de la découverte en 1997.

Dégagement de l’entrée à la machette. Les couches de frigolite qui isolent la trappe ont été bouffées pour des rongeurs. Faudra trouver autre chose ...

Entrée peu avant midi. Les premières impressions sont que la cavité n’a pas souffert des inondations.

Galerie du Bouleau et passage des étroitures. Je suis à deux doigts de renoncer à la « guillotine » …

Mais John vient vider le fond des gravillons et je passe tout juste sans casque et avec l’oreille dans l’eau.

Nous continuons à crapahuter dans la rivière au grand plaisir de Sophie et Pierre.

Depuis le temps qu’ils attendaient cette sortie plus engagée !

Il ne faut pas s’arrêter trop longtemps. Sophie a froid.

Nous voyons des sapins d’argile.

On avance. Les passages sont engagés. Pierre vient m’aider par dessous pour pouvoir passer cette faille étroite avec étrier.

Dernière corde au P15 après une dernière étroiture.

Mais là, je coince à nouveau et ce n’est pas du bluff (comme dirait le monstre russe …).

Que fait-on ? Nous ne sommes qu’au premier tiers de la cavité ...

Nous décidons de retourner tous ensemble … Frustration pour les uns, embarra pour le plus épais …

Mais bon, les trois reviendrons vite avec plaisir pour terminer le travail.

Marche arrière sans souci dans les passages étroits, moins d’angoisse pour moi.

Sortie après seulement trois heures et demi de TPST. On aurait cru bien plus.

Il y a beaucoup de monde en train de randonner sur le lit de la Meuse.

Mais aussi sur notre trottoir où nous avons étalé notre brocante …

Comment pisser au-dessus de la balustrade et changer de petite culotte avec tout ce peuple ? …

Nous avons largement le temps … et donc, nous allons boire le pot de l’Amitié au centre d’Yvoir dans un ancestral café de piliers.

Nombreuses discussions sur la suite des activités et sur la Thaïlande.

Le rapporteur de service : Géry 

jeudi 22 septembre 2022

Parcours Spéléo Tour du Roton, les 3 et 4 septembre

Tour du Roton à Farciennes. Ancienne tour de charbonnage de 42 m. de hauteur. 

Sophie et Pierre à partir du samedi matin et Géry du samedi après-midi.

Pour le dimanche, nous avons été rejoints par Bi Yu venue en train jusqu'à la gare de Farciennes et le reste du chemin avec son vélo !

Moins de monde en ce dimanche, nous n'avons pas vécu de bouchon sur les cordes 😸

Ambiance très conviviale. Grand moment de partage des connaissances avec nos amis des autres clubs.

Apprentissage des pendules, révision des passages de nœuds et tests de nos limites pour les montées en extérieur jusqu'à vraiment trop haut pour encore en ressentir du plaisir ...

Traversée Mate Arnaude - Cabrespine, le 11 août

Durant mes vacances dans le sud de la France, j'ai eu l'occasion de faire cette traversée organisée par Jean-Marie, participant motivé lors des 2 dernières editions de l'expé en Thaïlande. 

Jean-Marie est un spéléo de la Montagne Noire et il avait invité également 5 autres spéléos locaux (Angélique, Christophe, Alain, Pierre, Caroline). 

Depuis une toute petite entrée, on descend une dénivelée de 415m dans des galeries/méandres/canyons de schiste et de calcaire et pas mal d’éboulis (1ère fois que je vois un canyon souterrain dans du schiste) pour atteindre les galeries 20mx20m de Cabrespine. 

Nous avons fait un crochet par un niveau supérieur fortement concrétionné d’aragonites (jamais vu une telle profusion, on ne sait plus où donner de la tête et il y a même une cigogne et des cupules).

Et le final est l’arrivée au bas de la salle touristique qui fait 200m de profondeur ! Et qu’on remonte en partie dans des « échafaudages ».

Voir les photos ici (faite avec un Olympus étanche TG2) :  https://photos.app.goo.gl/fSif7KSeMNptQeyL7

La seule difficulté si l’on peut dire est la traversée du passage clé. Un boyau de 30m depuis lequel l’exploration vers la surface a démarré, on imagine les efforts pour remonter 400m plus haut et ils ont en plus exploré 2 autres branches qui remontent d’autant..

https://www.youtube.com/watch?v=uBcxCHq5FcE

TPST : 8h30


Congrès UIS (Savoie), 23 au 30 juillet

 

Participants ESB : Géry, Sophie, Pierre et Félix 

Samedi 23 juillet :

Arrivée de Géry avec Alain au camping réservé par le club Astragale.

Sophie et Pierre sont déjà sur place depuis une semaine dans un autre camping mammouth.

Dimanche 24 :

Il fait mourant de chaud. Au programme : glandage avec l’Astragale.

Fin d’après-midi, nous nous rendons sur le site du congrès à Le Bourget du Lac.

C’est énorme. Il y a un grand chapiteau de cirque prévu pour les rassemblements journaliers. De nombreuses salles pour les conférences, des expositions, un restaurant, un camping du congrès (spartiate et en plein soleil), une salle omnisports pour tous les exposants (Croque-montagne, UBS, MTDE, Petzl, le Vieux Campeur et des dizaines d’autres …) etc. ...

On comprend mieux le prix élevé de l’inscription.

Plus de 1200 participants du monde entier quand même ! …

Je retrouve Sophie et Pierre. Ils ont troqué leur camping commercial pour un paradis de camping à la ferme à St-Paul sur Yenne.

J’en blêmi ! …

Discours et lever de drapeau avec la musique de l’UIS.

Drink de bienvenue.

J’annonce à l’Astragale qu’après notre activité du lendemain, je déménagerai pour le camping plus « humain » de Sophie et Pierre.

Lundi 25 :

A l’accueil du camping géant de l’Astragale, on ne me rembourse pas les 6 jours restants ! Ha les chiens !!!

(P … de M … saloperie de camping de péqueneaux !).

Enfin un début de spéléo à la grotte du Pré Rouge (massif des Bauges).

Géry (ESB), Alain, Aurélie, Pascal, Iris, Benoît, Bernard de l’Astragale et Cédric du C7.

Beaucoup de ramping et de belles choses à voir dont des coups de gouge par centaines.

TPST : 2h30.

Pendant ce temps, Sophie et Pierre crapahutent tout seuls ( … ! ) au gouffre de la Morgne.

TPST : 2h00

Après la grotte, je rejoins le camping à la ferme de l’ESB …

Un espace fou, de l’ombre et des poules partout, ma voiture près de ma tente fresh and black, des piquets qui s’enfoncent bien, un robinet tout près, un prix démocratique, moins chaud que près du lac, pas de voisins chiants, … le bonheur et le calme !

Mardi 26 :

Comme tous les matins, nous nous levons tôt car nous devons aller déposer Félix à la crèche et le récupérer avant 17h00 …

Au programme : Le gouffre de Germinal dans le massif des Bauges.

Sophie, Pierre, Géry de l’ESB, Cuicui et Benoît du … GSCT (nous les avons rencontré le premier soir au congrès et avons décidé d’unir nos forces).

Belle grotte technique. Plusieurs passages dans un mikado d’étançons en tout genre …

Vers le fond, on se sépare en deux groupes.

En remontant, Cuicui ne parvient pas à soulever la trappe d’entrée qu’un plaisantin a refermé sur nous.

Bon, on est quand même sorti …

TPST : 4h30

Mercredi 27 :

Sophie et Pierre vont visiter à la première heure « Fitoja express » avec trois mecs de l’ESD (Français de la région parisienne rencontrés à Barchon).

TPST : 4h30

Pour ma part, même grotte, entrée prévue vers 12h00 avec Iris et Pascal de l’Astragale.

Mais il y a un énorme bouchon dans la grotte. Un Amerloque débutant passe patiemment trois longes (!) à chaque fractio !

Des Allemands attendent déjà depuis 3 heures et décident de renoncer. Retrouvailles avec un Brésilien qui sort du trou et qui me reconnaît ! : Nous avons fait la Dent de Crolles ensemble en 2018 !

Nous rebroussons chemin également. Sophie et Pierre sont toujours sous terre.

Je pars visiter l’abbaye de Hautecombe.

Jeudi 28 :

Comme tous les matins, lever vers 6 h00 – 6h30 !

Comme tous les matins, nous sommes à la bourre ...

Au programme : La traversée « Tanne Névé – Tanne aux Cochons ».

Géry, Sophie, Pierre de l’ESB et Hervé de l’ESD (région parisienne).

Nous sommes suivi de près par Benoît du GSCT qui fait équipe avec deux spéléos français.

Nous goûtons au froid et aux interminables méandres.

Nous adoptons un rythme placide et ne nous arrêtons pas plus de trois minutes pour grignoter un petit quelque chose.

Hervé est intarissable en conseils formatifs pour nos deux presque plus débutants.

Pierre est devant avec le kit bouffe qu’il traînera tout le long des méandres. Sophie y goûtera largement également.

Bravo à eux ! Premiers traînages de kit et premiers méandres (super longs en plus !).

TPST : 5h00

Le soir au chapiteau du congrès : discours et remise de titres honorifiques.

Cuicui, qui s’est porté bénévole ce jour, traduit les discours en Anglais pour le public.

Le couac du congrès … : un long speech pour honorer la mémoire d’une célèbre spéléo. Titre honorifique posthume à la clé.

Au moment de demander à l’assemblée de se lever pour une minute de silence à sa mémoire, un gars hurle « She is not dead, she is not dead !!! ».

Houps ! ... Tout le monde se rassied et on passe au suivant, l’air de rien …

Vendredi 29 :

Au programme : Une nouvelle traversée : « Gouffre de l’Âge de Glace – Grotte de Vaux »

Le GSCT et l’ESB au complet, ainsi qu’une charmante invitée : une Brésilienne nommée Camilla (merci à Cuicui !).

Une belle personnalité qui travaille à l’université de Dublin dans l’écologie.

Quelques puits dont, en finale, un P47. Crapahutage jusqu’à la salle des Géodes. Funambulisme sur câble tendu …

Direction grotte de Vaux. Parcours varié et techniques diverses, vires, cordes à nœuds, etc. ...

Ce fût à l’unanimité notre n°1 au hit parade de notre camp.

TPST : 4h30.

Samedi 30 :

Félix a fini son stage à la crèche et nous l’invitons à sa première découverte grottesque ...

Rendez-vous sur le site du congrès.

Spéléotruck : un spéléobox mais avec de vrais fausses formations karstiques dedans. Climatiseur interne compris (ouf ! …).

On s’y amuse beaucoup et cela plaît beaucoup à Félix. TPST : 0h30 …

 

Au soir, rendez-vous pour la photo de groupe avec tous les participants au congrès.

Puis, la longue file pour le repas de gala à l’intérieur et extérieur du chapiteau.

Les spéléos belges sont bien représentés: Astragale, ESB, RCAE, UBS, ULS, …

Soirée interminable qui se termine par une boum brésilienne, mais il est déjà passé minuit …

 

En tout cas : félicitations à la FFS pour cette pharaonique organisation !

Rendez-vous en 2025 pour le prochain congrès qui se tiendra au Brésil.

Puis pour 2029 en Autriche … :-)

 

Le rapporteur de service :

Géry

Plus de photos ici : https://photos.app.goo.gl/xqf8RUGZiPeFLzkw7